Carole Pelé, spoken-word et transcendance des arts

En mêlant différentes disciplines artistiques qui donnent corps à ses histoires vraies, cette jeune autrice diplômée des Beaux-Arts documente sa vie sans tabou ni pudeur.

Mise en scène détaillée, paroles introspectives et musique éthérée : point de kick-snear et de flow démesuré pour Carole Pelé, qui préfère bâtir des ponts insoupçonnés entre les genres et les arts. Cette aficionados de Kate Tempest, Fauve, Camille ou encore Tycho fait bien plus que mélanger rap, spoken-word et chanson sur fond de nappes ambiantes. Artiste soliste en façade, elle s’est entourée d’une vaste équipe pour donner vie à son univers. Rien d’anormal pour cette enfant des Beaux-Arts, éduquée au travail collectif et à passer d’un médium à un autre. Un travail colossal sur l’aspect plastique – chorégraphie, scénographie, costumes – qui accroît considérablement la force de sa matière brute : ses textes. Des déboires relationnels aux gentilles gueules de bois facilement évitables, la MC française montre une générosité rare en se racontant avec sincérité et une autodérision des plus subtiles. En choisissant la solidarité comme moteur de création, elle ne pouvait que s’attacher notre empathie. Comme quoi, c’est fou ce qu’on peut faire quand on bosse avec les gens qu’on aime.

%d blogueurs aiment cette page :