HXXS, synth-punk marginal et frénétique

Le duo californien fait de la musique en marge de genres déjà hors du cadre. Présentation.

Proposer une musique érudite n’apparaît pas comme une mince affaire. Mais lorsqu’on souhaite la rendre accessible au plus grand nombre, cela relève sans doute de la magie. Après avoir fait leurs débuts dans un entrepôt partagé avec un studio de film porno, Jeannie Colleene et Gavin Neves alias HXXS (prononcé Héxès) ont fui les cris éloquents d’humains excités pour provoquer l’impensable depuis leur nouvelle guilde : leur van. Incantations saccadées, machines technologiques et samples d’objets du quotidien viennent donc garnir leur répertoire de sortilèges musicaux, entre noisesynth-punk et pop expérimentale. Les portes de Captured Tracks (DIIV, Mac DeMarco) s’ouvrent, et les deux marginaux s’élancent dans une nouvelle quête : étudier les effets des bouleversements politiques de ces dernières années sur le cercle familial. Et surtout, comment les conjurer. À l’aube de la dernière année du premier mandat de Trump, HXXS donne le ton avec son premier album, Year Of The Witch, à paraître le 18 octobre. Qui finira au bûcher ?

%d blogueurs aiment cette page :