Maison Clone, electro géométrique en noir et blanc

Des voix grésillantes au vocoder, des samples à la limite du rock et une aura mystique proche de la science-fiction : bienvenue dans un monde électronique torturé.

“Je n’ai pas peur des ordinateurs. J’ai peur qu’ils viennent à nous manquer” assénait sans détour l’immense Isaac Asimov, patron de la littérature de science-fiction. L’homme aux rouflaquettes blanchâtres présentait à l’Humanité un futur fade, sombre voire angoissant, emmenant derrière lui de nombreux.euses adeptes. Parmi eux.elles, le producteur et graphic designer parisien Maison Clone a semble-t-il aussi bien digéré les dires de l’auteur du Cycle de Fondation que les films de John Carpenter. Synthétiseurs futuristes, guitares vaporeuses, voix grésillantes au vocoder et des rythmiques préparées au compas, sa musique électronique revêt une sorte de voile froid. Une sorte de tissu organique prêt à se fossiliser. Une idée qu’il matérialise dans une collection de portraits de clones cauchemardesques, sur lesquels des roches cristallines qui viennent de l’espace remplacent l’être humain dans des vêtements anciens. Dans la droite lignée de ses maîtres à penser, Maison Clone nous rappelle à notre bon souvenir que notre destin est peut-être celui-là :  nous retrouver emprisonné.e.s dans un cliché d’époque, ou prendre notre destin en main en allant chasser les étoiles que nous n’avons que trop souvent fantasmé.

L’Attaque des Clones.

Écoutez tous les EP de Maison Clone ci-dessous.

%d blogueurs aiment cette page :