Robohands, jazz chirurgical

Sorti tout droit du bloc opératoire, ce multi-instrumentiste a remplacé ses clamps par des baguettes de batteries et autres cordes câlines. Sensationnel.

On se demandait depuis quelques temps quelle mouche avait piqué les internautes, qui passent leurs temps à acheminer des playlists chillout-jazzhop jusque dans nos feeds YouTube. Et puis la grande vérité nous a éclaté en plein visage : le monde est malade. Les problèmes économiques et tensions sociétales se propagent dans notre organisme comme un cancer, et nous pensions tout cela incurable. Un besoin urgent de calme s’est fait ressentir. Puis vint Andy Baxter à la rescousse.

Chirurgien en chef chez Robohands, le multi-instrumentiste remplace scalpels, clamps et compresses par des baguettes de batteries, une basse, une gratte et un synthé. L’opération s’intitule Green, comporte dix morceaux et s’avère minutieuse. Entre hip-hop, jazz et musique atmosphérique, les mélodies concurrencent la morphine et apaisent les douleurs. Un médicament disponible chez le pharmacien Village Live Records, sans ordonnance, évidemment.

%d blogueurs aiment cette page :