« Les cannibales de l’été », une fable sensationnelle

De jeunes mais braves héros s’engagent sur les pentes sinueuses du rock indépendant. Récit d’un autre temps.

Il était une fois un jeune groupe de la région de Portland, jouant un rock affamé, rugueux et énergique semblable aux valeureux guerriers les ayant bercés. Mais L7, Mudhoney et Stephen Malkmus sont déjà contés par les bardes de la planète. Nos quatre jeunes héros, alors en quête de chansons scandant leurs exploits, se lancent dans une aventure longue et semée d’embuches : la ruée vers le succès. Ils parcoururent d’abord leurs régions, sortant deux disques sur leur propre label (courageux) avant de partir à la découverte du monde. Ils rencontreront sur leur chemin d’autres personnages à la notoriété bien installée (Cursive, Titus Andronicus, CHVRCHES). Les succès s’empilent à grands coups de riffs incendiaires et de sonnets fédérateurs. Finalement, le royaume Kill Rock Stars, célèbre pour avoir publié l’immense Either/Or de feu le ménestrel Elliott Smith, s’en va les quérir pour les prendre sous son giron. Nulle doute que nos quatre amis, baptisés Summer Cannibals, n’en n’ont pas fini de se régaler. Morale de l’histoire : quand vous avez faim, partez à la chasse.

%d blogueurs aiment cette page :