Unicorns At Heart, mélodies transperçantes du désert

Deux frères éduqués aux classiques du rock ont taquiné la guitare pendant quelques années, avant de fuir avec leurs potes leur terre désertique de la plus belle des manières.

Vaste étendue désertique bordée de montagnes rocailleuses où la vie sauvage gouverne, fruit des fantasmes de la conquête de l’Ouest, le Désert des Mojaves est une terre riche marquée par l’Histoire. Foyer des Amérindiens qui lui ont donné son nom, elle est aujourd’hui un refuge pour les marginaux du rock Californien. Comme quoi, la musique pénètre les pores de chaque région du monde, et ce qu’importe sa nature. Biberonnées aux récits d’un John Lennon en recherche de vérité émotionnelle, à Motown ou aux Beach Boys tout autant qu’à Pavement, Rico et Ryan Loredo ont vite été convertis à la six cordes, formant un groupe avec des amis comme n’importe quelle bande de jeunes qui se respecte et qui vit dans une terre où l’ennui côtoie l’aridité.

Bien éduqués à la science de la mélodie et à l’hétérogénéité sonore, Unicorns At Heart combine avec une spontanéité béate ses influences Beatlesiennes à l’énergie dévastatrice de l’indie-rock des années 90. Un charme nostalgique que les gens de chez Dangerbird Records n’ont pas manqué d’apprécier, avant d’intégrer le groupe à son giron aux côtés de prestigieux noms (Sebadoh, Swervedriver, Sea Wolf, Slothrust…). On suivra avec attention les pérégrinations de ces quatre bambins du désert. Puisse leur arc-en-ciel les guider vers des sommets insoupçonnés.

%d blogueurs aiment cette page :