XanMan, le rap antidépresseur

Dix-neuf ans, toutes ses dents et une trentaine de sorties à son actif (!!!), le gamin de la région métropolitaine de Washington est désormais l’un des rappeurs les plus prolifiques de son bled.

À l’instar de Nolan The Ninja bien occupé à écrire une nouvelle page de l’histoire du hip-hop à Détroit, Haile Salman alias XanMan besogne lui aussi dans son coin depuis plusieurs années. À tel point qu’il incarne avec son pote YungManny l’une des figures rap des plus fantaisistes et expérimentées de sa scène. Fait objectivement générationnel, puisqu’il a suffi d’une rencontre avec Lil Wayne à l’âge de douze ans pour que le gamin se mette à maîtriser le logiciel Pro Tools alors qu’il était encore à l’école primaire. Entre comédie, gore et romantisme, XanMan éprouve son autoproclamé “XanStyle” avec une assurance impressionnante, évoquant tour à tour ses armes à feu favorites, les perruques de grand-maman et les discussions par émojis interposés, mais avec dérision. Dégaine adolescente marquée par une insouciance évidente et un joli duvet sous le museau, XanMan parle au coeur et à la tête en s’amusant avec les mots. La réincarnation d’un antidépresseur, en quelque sorte.

%d blogueurs aiment cette page :